L'Ecole Cousteau de Champ Saint Père

L'Amérique

Notre projet « Tour du monde »

Au cours de la deuxième période, notre voyage s’est poursuivi en Amérique. Nous nous sommes intéressés en particulier aux indiens d’Amérique du Nord.

Nous avons étudié en classe le livre Petit Nuage de Michel Piquemal. C’est l’histoire d’un enfant indien de la tribu des Lakotas qui ne peut pas faire comme les autres enfants de son âge parce qu’il boîte.

P1160237

 

La maîtresse nous a lu un conte Mohawk, Le grand chariot. Il raconte comment, dans la légende indienne, serait apparue la constellation du « grand chariot ». Nous sommes partis de ce conte pour réaliser une production plastique. D’abord, nous avons utilisé de l’encre bleue et du gros sel pour réaliser le fond. Puis, avec des bouchons de liège et des coton-tiges que nous avons trempés dans la peinture jaune, nous avons représentés les différentes étoiles de la constellation.

P1150223

P1150224

P1150225

P1150226

 

     Nous avons aussi réalisé des perroquets, animaux qu’on rencontre beaucoup en Amérique du Sud.

P1150230

            En éducation musicale, nous avons écouté du jazz. Le jazz est né au début du 20ème siècle dans le sud des Etats-Unis. C’est une musique de métissage, c’est-à-dire qu'elle a été formée à partir de plusieurs styles de musique différents. Dans les extraits que nous avons écoutés, il y avait un vibraphone, instrument de la famille des percussions et des cuivres, comme la trompette.

Nous avons appris une chanson qui s’intitule « Les chiquitos ».Vous pouvez l'écouter ici.

Les chiquitos

Toute la ville se pare de ses plus belles couleurs

C’est plein d’hommes et de femmes sur les terrasses des cafés

Les enfants dans la rue n’arrêtent pas de danser

Les chiquitos, les chiquitas,

Dans’nt en claquant des mains

Les chiquitos, les chiquitas,

Dans’nt en frappant des pieds

C'est la musique de la terre, de la mer et du vent

C'est la berceuse qu’on chante pour endormir son enfant

Les refrains des pêcheurs, les airs de flûtes des bergers

Les complaintes lointaines des planteurs de caféRefrain

Les chiquitos, les chiquitas,

Dans’nt en claquant des mains

Les chiquitos, les chiquitas,

Dans’nt en frappant des pieds

Et quand la nuit descend sur Quito en Equateur

On s’amuse et on rit,jusqu’au matin de bonne heure.

C’est plein d’hommes et de femmes sur les terrasses des cafés

Les enfants dans la rue n’arrêtent pas de danser

Les chiquitos, les chiquitas,

Dans’nt en claquant des mains

Les chiquitos, les chiquitas,

Dans’nt en frappant des pieds